05-27-2011

Mystères de l'Orient ...

Quand les Occidentaux parlent des mystères de l'Orient, il est bien possible qu'ils entendent par là ce calme un peu inquiétant que secrète l'ombre. Junichirô TanizakiEloge de l'Ombre Lotus à Uji, juillet 2008
Posté par asiemutee à 16:44 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11-29-2009

Etonnante de modernité ... la villa impériale Katsura ...

xxxx xx Alors qu'au XVIIème siècle Edo se développait comme un nouveau centre du shogunat des Tokugawa (1615-1868) et construisait des édifices somptueux jusqu'à l'excès pour démontrer le pouvoir de la classe militaire, Kyoto continuait d'être le foyer de la culture traditionnelle, caractérisée par la sobriété et l'élégance de l'architecture. L'exemple par excellence de celle-ci, qui influença profondément les architectes occidentaux du XXème siècle, est la villa impériale de Katsura, appelée aussi Katsura Rikyu, qu'étudia notamment... [Lire la suite]
Posté par asiemutee à 14:48 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09-05-2009

Le pied de Fumiko ...

xx xx xx "Jeune femme prenant le frais sur une véranda" d'Utamaro xx Du fond d'une petite armoire il alla pêcher un vieux recueil d'estampes. Il l'ouvrit à une page dont le thème était le Gengi campagnard de Tanehiko. La gravure était signée Kunisada, si je me souviens bien. Cette estampe représente une jeune femme, de cette beauté caractéristique de Kunisada, qui était exactement celle d'O-Fumi-san. Arrivée pieds nus des routes de campagne auprès d'un bâtiment inoccupé qui semble quelque vieux temple, elle... [Lire la suite]
09-03-2009

Tokyo fashion ...

xxxx xxxx xxxxCapitale de la modeCe n'est pas la première fois que le Japon a ses excentriques : au XVIIème siècle, le grand romancier de moeurs Saikaku évoquait les kabukimono  (ceux qui se contorsionnent), ces flambeurs des rues faisant frémir le bourgeois par leur comportement provocateur et leur accoutrement. Les "petites muses" de Shibuya, en rupture d'image avec la génération précédente, sont moins révolutionnaires qu'on ne peut le penser : dans les années 1920-1930, les moga (modern girl), coiffées à la... [Lire la suite]
Posté par asiemutee à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07-10-2009

Les "Quatre soeurs" de Junichirô Tanizaki ...

xx Publié par Junichirô Tanizaki sous forme de nouvelles de 1937 à 1941 "Quatre soeurs" également publié sous le titre "Bruine de neige" fut interdit au Japon durant la guerre pour manque de patriotisme de l'auteur. Note de l'éditeur Dans une vieille famille de commerçants aisés dont tout le monde connaît le nom à Osaka, quatre filles ont mené une vie luxueuse jusqu'à la mort de leur père. Sa disparition et les changements de vie dans le Japon de l'entre-deux guerres les ont laissées dans une situation... [Lire la suite]
06-21-2009

Les mariés du Meiji jingû ...

xx xx Le sanctuaire Meiji, situé dans le quartier d'Harajuku, est le lieu sacré shintoïste le plus important de Tokyo. Les dépouilles de l'empereur Meiji (qui règna de 1868 à 1912) et de son épouse y sont conservées. Le dimanche au Meiji jingû, c'est le jour des mariages, comme ICI à Nagasaki où je parlais un peu plus longuement de ces cérémonies. La mariée est généralement vêtue d'un magnifique kimono blanc ou fleuri et porte une coiffe blanche. Le marié, quant à lui, porte la tenue traditionnelle composée du... [Lire la suite]
04-14-2009

Itadakimasu ...

xx "La cuisine japonaise, a-t-on pu dire, n'est pas chose qui se mange, mais chose qui se regarde ; dans un cas comme celui-là, je serais tenté de dire : qui se regarde et, mieux encore qui se médite ! Tel est, en effet, le résultat de la silencieuse harmonie entre la lueur des chandelles clignotant dans l'ombre et le reflet des laques ...Tous les pays du monde ont certes dû rechercher des accords de couleurs entre les mets, la vaisselle et même les murs ; la cuisine japonaise en tous cas, si elle est servie dans un... [Lire la suite]
03-28-2009

Kyoto sakura ...

xx "Lorsque vint l'époque, on discuta pour savoir quel jour serait le plus convenable pour voir les fleurs dans toute leur beauté. Il fallait choisir un dimanche à cause de Teinosuke et d'Etsou ko. Les trois soeurs avaient peur de la pluie ou du vent, tout comme les anciens, dont Satchi ko avait trouvé jadis les craintes tellement vulgaires. Il y avait bien les cerisiers autour d'Ashiya et on pouvait en contempler un grand nombre par les fenêtres du tramway sur la ligne Osaka-Kobe ; ce n'est pas seulement à Kyoto qu'il s'en... [Lire la suite]