DSC_3262

 

Bonne chance !
Extrait de l'Anniversaire de la salade
de Machi TAWARA

 

Pensive une pluie tombe sur le terrain de sport
où se dressent face à face
les deux buts de football

 

Fleurs de cerisier ! Les cerisiers se mettent à fleurir
puis finissent de fleurir Mais comme de si rien n'était
le jardin public

 

DSC_3264

 

 

Tout de guingois parapluie d'amoureux
Alors que je le dépassais un petit rien
l'aura animé

 

Celui qui me croisant à échangé un salut
c'était le p'tit jeune
du marchand de légumes

 

DSC_3265

 

Sur cette grappe d'un mauve très pâle
je veux déposer mes pensées
Fleurs d'hortensia

 

En faisant revenir des oignons dans la poêle, j'attendrai
le coup de téléphone que tu dois me donner ...
jusqu'à ce que du moins ils s'adoucissent un peu

 

DSC_3266

 

Après avoir acheté un nouveau
gel moussant
soirée consacrée à la douche

 

C'est de tout mon coeur que voulant être aimée
je m'active en ce mois de juin
sandales, fleurs d'hortensia

 

DSC_3267

 

C'est pour que le vendredi à six heures
je puisse te rencontrer que commence
mon lundi matin

 

Une heure déjà et tu n'es pas là ...
J'achète des caramels High-Soft pour t'attendre
encore cinq minutes

 

DSC_3269

 

Ce salarié qui le samedi passe des baskets
pour venir me voir
Animal bien étrange

 

Plutôt que blanc c'est un chemisier orange
que je veux acheter
oui ! pour cet amour

 

DSC_3270

 

Tandis que tu manges avec dextérité
une omelette fourrée au riz "Aime
le ketchup" me faut-il noter

 

Que dans la salade au crabe tu laisses de côté
les asperges voilà ce qu'encore
je découvre ce soir

 

DSC_3272

 

Avec tant de confiance tu me parles de ton travail
que la seule confiance qu'on peut avoir en toi
me devient évidente

 

Dans ces Mild Seven light que tu fumes
faute de mieux il y a quelque chose qui cloche aussi
dirait-on dans la fumée qu'elles font

 

DSC_2954

 

Friture de crevettes roses panées ... Leurs queues
soigneusement alignées par toi comme par moi
lorsque nous sommes sortis du restaurant

 

Je voudrais finir par te déclarer
mon amour mais il me faudrait un peu plus quitter
ce périmètre de sécurité

 

DSC_2955

 

Une de mes amies fait frire
des croquettes béchamel Après tout
foyer de nouveaux mariés

 

"Sois donc une femme ordinaire !"
dois-je entendre en grignotant des biscuits
apéritifs des plus corsés

 

DSC_2952

 

A l'étal du supermarché
des tomates en train de mûrir ... Sont-elles
plus tristes que des surgelés ?

 

Comme un jour où l'on aurait oublié
son mouchoir nous deux
pendant la pause café

 

DSC_2957

 

"Vous devez être fatiguée ..." L'employé de la gare me salue
et ces mots résonnent subtilement
dans la langueur de mon coeur

 

7 : 23 "Une minute !" 7 : 24 "Trop tard !"
Ainsi changent les chiffres de l'horloge digitale
que je contemple en attendant l'express régional

 

DSC_3261

 

"Bonne chance !" C'est ainsi que
dans le coin d'un MacDo je mets un terme
à ma dernière lettre

 

Franchie cette côte le chemin
qui conduit à la mer ... Je passe mine de rien
au feu orange

 

Photos à Kyoto en juillet 2011

 

Lorsque Tawara Machi, modeste professeur de littérature au lycée de Kanawaga, fait paraître en 1987 L'Anniversaire de la salade, elle n'a sans doute aucune idée du phénoménal succès que va connaître son recueil de poèmes. Il révolutionne pourtant le genre du tanka, la forme de poésie la plus ancienne et le plus sophistiquée de la tradition japonaise. Tout en préservant les qualités propres au tanka, concision, pouvoir d'évocation, musicalité, Tawara Machi y raconte les menus évènements de sa vie de jeune femme d'une vingtaine d'années - la musique, la mer, les voyages, la cuisine, le base-ball, l'amour - y introduit un langage familier, des bribes de conversation, des icônes du monde moderne. Célèbre du jour au lendemain, elle va recevoir plus de deux cent mille tankas, envoyés par des lecteurs de tout âge et de tout milieu, dont ses poèmes ont profondément touché le coeur.
A ce jour, L'Anniversaire de la salade
s'est vendu à plus de huit millions d'exemplaires dans le monde. La fraîcheur et la grâce de ses poèmes, où se révèle, comme par surprise, la beauté de chaque moment intensément vécu, résonnent en chacun de nous.

Quatrième de couverture. Note de l'éditeur, Editions Philippe Picquier