6595540n_b

 

 

A Gion Kobu, j'entre pour la première fois dans "Le monde des saules et des fleurs" ...

 

Picture_786

 

Sous la pluie, encore dans la Hanami dori (la rue que l'on voit sur mon bandeau) : on peut dire que mon premier séjour à Kyôto a été arrosé ! Sacré baptême tout de même ;)

 

 

Picture_794  Picture_792

 

Picture_798

 

Picture_790  Picture_796

 

Picture_791

 

Picture_788  Picture_804

 

Picture_805

Juste besoin d'un bon thé chaud et de douceur : pas très japonais, le choux à la crème ... mais très réconfortant !

 

Picture_1025  Picture_797

 

Le lendemain matin, malgré un ciel plombé, la pluie avait enfin cessé de tomber et je décidai de retourner visiter le quartier de Gion Kobu dans des conditions plus clémentes. J'y ai fait la plus délicieuse des rencontres  : d'élégantes maiko et geiko (c'est ainsi que l'on nomme les geisha de Kyôto).

 

Picture_1029

 

Comment ne pas évoquer ici Mineko IWASAKI puisque c'est en ces lieux qu'elle vécut sa vie de geisha ...

"Il existait alors à Gion Kobu plus de cent cinquante ochaya ou maisons de thé, au cadre serein et raffiné, bruissantes d'activité chaque soir de la semaine. Une geiko pouvait se rendre en l'espace de quelques heures dans trois ou quatre ochaya différentes, d'où un grand nombre d'allées et venues à la tombée de la nuit dans les ruelles du quartier.

En septembre 1956 fut posé un réseau téléphonique privé qui relia les unes aux autres l'ensemble des okiya et des ochaya. Je me souviens de la couleur des appareils : beiges. Les appels étaient gratuits. Parfois, la sonnerie retentissait alors que les apprenties faisaient leurs devoirs. C'était une maiko ou une geiko qui appelait d'une ochaya, réclamant tel ou tel objet qui lui manquait pour animer son prochain banquet ou dîner, une paire de tabi propres ou bien un éventail pour remplacer celui qu'elle venait d'offrir à un admirateur. Même si elle tombait de fatigue, l'apprentie obtempérait aussitôt, ces courses étant indispensables à sa formation, puisqu'elles étaient l'occasion non seulement de voir comment fonctionnait une ochaya mais aussi de se familiariser avec les gens de Gion.

J'allais me coucher à une heure raisonnable, mais il était plus de minuit lorsque geiko et maiko rentraient à la maison. Après s'être changées, elles prenaient un bain ou grignotaient un morceau, bref, s'accordaient un moment de détente avant de se mettre au lit, jamais avant deux heures du matin. Les deux bonnes qui dormaient dans le genkan se levaient à tour de rôle pour les servir."

Mineko IWASAKI - "Ma vie de Geisha"

 

Picture_1030  Picture_1026

 

Picture_1028

 

Picture_1034  Picture_1031

 

Picture_1032

 

Picture_1035  Picture_1039

 

Picture_1023

 

Ces deux très célèbres geiko (je les ai très souvent rencontrées lors de mes autres séjours à Kyôto) ont accepté de poser devant mon objectif. Je me trouvais dans une boutique traditionnelle d'accessoires de la Shijo dori pour acheter un nouveau parapluie, boutique où elles faisaient leurs achats. Elles ne sourient pas, comme si elles étaient en représentation, mais elles ont été charmantes malgré ma sollicitation. Je sais d'expérience qu'elle sont souvent harcelées par les chasseurs d'images ... Mineko Iwasaki en parle d'ailleurs dans sa biographie.

 

Picture_787

 

Avant de quitter cet attachant quartier de Kyôto, une petite devinette : qui sont ces personnages qui figurent sur la photo ci-dessous ?

 

Picture_800

 

Il y a deux petits omiyage (cadeaux) à gagner, dont un venant de cette boutique très kawaï de Kyôto - acheté l'année dernière, pas en 2006 ;-) étant entendu qu'il y aura un tirage au sort s'il y a plusieurs bonnes réponses. Ce que je peux vous dire, c'est que ce jour-là j'ignorais totalement pourquoi ces messieurs défilaient ainsi vêtus ...

 

Picture_774

 

Picture_775

 

Photos à Kyôto, juillet 2006