DSC_2658

 

Fils d'un samouraï de la fin de la période Edo, Masaoka Shiki est né à Matsuyama en 1867. Il étudie la littérature à Tokyo où il rencontre Natsumé Sôseki. Une grande amitié unit les deux hommes qui vivront quelques temps sous le même toit à Matsuyama.

 

DSC_2635

 

Considéré comme le père du haïku moderne, Shiki publiera près de 25.000 haîku au cours de sa courte existence. En effet, atteint très tôt de tuberculose, il meurt à Tokyo à l'âge de 55 ans.

 

DSC_2505

 

Un musée est consacré à Masaoka Shiki à l'entrée de Dogo Onsen, mais j'ai préféré la visite de Shiki-dô, modeste réplique de la maison du poète.

 

DSC_2636

 

Un sachet de simples
sur mon lit de malade -
le printemps renaît

 

DSC_2641

 

Au long de la rivière
je n'ai vu aucun pont -
ce jour est sans fin

 

DSC_2647

 

Douceur de la brise -
dans le vert de mille collines
un temple isolé

 

DSC_2644

 

Sur le sable du rivage
à chaque trace de pas
le printemps s'allonge

 

DSC_2643

 

Barques et rivages
se répondent
dans la longueur du jour

 

DSC_2663

 

Sur l'épaule
du grand Bouddha
la neige a fondu

 

DSC_2654

 

Une allouette s'élève -
je respire la brume
je marche sur les nuages !

 

DSC_2645

 

Le faisan crie
les nuages fuient -
la montagne apparaît !

 

DSC_2648

 

Panique -
l'escalier s'effondre
sous les amours des chats

 

DSC_2665

 

Qui déteste ce monde
se doit d'aimer
les fleurs de chardon

 

DSC_2652

 

Sous un voile de lune
ombre de fleur
ombre de femme !

 

DSC_2667

 

Tous ces haïku de printemps sont de Masaoka Shiki, sauf le dernier, écrit par Natsumé Sôseki. Extraits de l'Anthologie du poème court japonais (traduction de Corinne Atlan et Zébo Bianu).

 

DSC_2673

 

DSC_2657

 

DSC_2670

 

Shiki-dô se trouve (difficilement ...) au sud de la gare de Matsuyama, dans l'enceinte du temple de Shoshu-ji. Il est vrai que j'étais quelque peu perdue dans ce quartier et fort heureusement un très gentil monsieur m'a accompagnée pendant un long moment jusqu'à l'entrée de la maison ; quand je vous disais que les gens de Shikoku étaient adorables et serviables ;) Il n'y a pas qu'à Shikoku, d'ailleurs ... si je vous disais le nombre de fois où cela m'est arrivé au Japon, vous n'en reviendriez pas ! Moi qui habite une région très touristique, je peux vous dire que cela ne se voit pas chez nous ...

 

DSC_2678

 

DSC_2680

 

Pour rejoindre le centre ville, j'ai longé les immenses galeries marchandes Ginten-gai et Okaidô. Petite pause le temps d'un frugal repas dans cette hétéroclyte et sympathique épicerie-resto bio.

 

DSC_2681

 

DSC_2683

 

DSC_2684

 

DSC_2689

 

DSC_2692

 

DSC_2694


"Coeur de pomme" je viens de découvrir que c'était écrit en français ... de l'avantage d'éditer les photos en grand format ;)

 

DSC_2695

 

Photos à Matsuyama, Shikoku, juillet 2011