Ce n'est pas dans mes habitudes de reprendre un ancien post, mais comme j'ai appris que le film adapté de l'oeuvre de Haruki Murakami serait sur nos écran début mai, impossible de ne pas sauter de joie  en parler ! J'ai déjà dit tout le bien que je pensais de cette oeuvre de jeunesse de Murakami, j'espère que le film sera à la hauteur ...

19683580_jpg_r_160_214_b_1_CFD7E1_f_jpg_q_x_20110228_043046 

Une excellente nouvelle déjà, le rôle de Nakao est tenu par la magnifique Rinko Kikuchi dont je vous ai parlé dernièrement à propos de "Map of the sounds of Tokyo" d'Isabel Coixet et qui jouait également dans "Babel" de Alejandro Gonzalez Inarritu.

5_photos_festival_de_cannes_montee_marches_23_05_09_Sergi_Lopez_et_Rinko_Kikuchi_galleryphoto_paysage_std 

Ici au Festival de Cannes ... presque chez moi ;) avec le torride Sergio Lopez pour "Map of the sounds of Tokyo" en français "La carte des sons de Tokyo"

Trailer

xx  

DSCN1067

Merci de ta lettre, m'écrivait Nakao.
Ses parents la lui avaient fait suivre "là" où elle se trouvait. Cela ne l'ennuyait pas d'avoir reçu cette lettre et même, à vrai dire, elle en était très heureuse. Et elle avait ajouté qu'en fait elle pensait justement qu'il était temps de m'écrire.
J'interrompis alors ma lecture pour ouvrir la fenêtre de ma chambre, enlever ma veste et m'asseoir sur le lit. Des roucoulements de pigeons me parvenaient d'un pigeonnier voisin. Le vent faisait onduler les rideaux. Les sept feuillets de Nakao à la main, je me laissai aller à des pensées incohérentes. La lecture des quelques lignes du début m'avait fait perdre toute sensation de l'existence du monde réel autour de moi. Je fermai les yeux et mis beaucoup de temps à me reprendre. Et je lus la suite après une profonde inspiration.

DSCN1082

Cela fait près de quatre mois que je suis ici.
Pendant ces quatre mois, j'ai beaucoup pensé à toi. Et plus je réfléchissais, plus je me disais que je n'avais peut-être pas été juste à ton égard. Je crois que j'aurais dû agir avec beaucoup plus d'honnêteté, comme un être humain correct.
Mais cette façon de penser n'est sans doute pas très juste. Car, premièrement, les filles de mon âge n'utilisent pas le mot "honnêteté". Les jeunes filles ordinaires n'ont que faire de "l'honnêteté". Elles se sentent beaucoup plus concernées par la beauté ou le bonheur. "L'honnêteté" est avant tout un mot masculin. Mais, en ce moment, j'ai l'impression que ce mot, justement, me convient parfaitement. La beauté et le bonheur sont pour moi des mots tellement ennuyeux et compliqués que j'ai fini par me raccrocher à d'autres critères. L'honnêteté, la franchise ou l'universel, par exemple.

DSCN1573


Mais toi, quoi qu'il en soit, je crois que je n'ai pas été juste envers toi. Et il me semble que j'ai dû t'entraîner et te blesser. Mais moi aussi j'ai divagué, moi aussi je me suis blessée moi-même. Je n'essaie pas de me trouver des excuses ou de me justifier, c'est la réalité. Si je t'ai blessé, c'est que ta blessure est aussi la mienne. Alors, ne m'en veux pas. Je suis un être inachevé. Bien plus que tu ne le crois. C'est justement pour cela que je ne veux pas que tu m'en veuilles. Si tu me détestes, je vais me retrouver en morceaux.  Je ne peux pas, comme toi, me réfugier dans ma carapace. Je ne sais pas comment tu es en réalité, mais c'est comme cela que je te vois. Alors, de temps en temps, je t'envie tellement que c'est peut-être à cause de cela que je t'ai entraîné plus loin que nécessaire.

DSCN1303


Cette manière de voir les choses est sans doute trop analytique, tu ne crois pas ? Cela ne veut pas dire que mon traitement soit trop basé sur l'analyse. Mais quand on est ainsi comme moi plusieurs mois dans la position de quelqu'un qui subit un tel traitement, on finit, bien contre son gré, par tout analyser. On pense alors que c'est à cause de telle chose que cela s'est passé ainsi, ou que cela a telle signification ou que c'est ainsi à cause de cela. Je ne sais pas très bien si cette analyse essaie de simplifier le monde ou de le mettre en pièces.

DSCN9998


Quoi qu'il en soit, je sens moi-même que je suis mieux qu'il y a un certain temps, et que les gens qui sont autour de moi le reconnaissent. Cela fait bien longtemps que je n'avais pas écrit une lettre aussi calmement. J'ai fait un très gros effort pour écrire celle que je t'ai envoyée en juillet (à vrai dire, je ne me souviens plus du tout de ce que je t'ai écrit alors. C'était sans doute épouvantable ?) mais, cette fois-ci, j'écris très tranquillement.

DSCN1405


De l'air pur, un univers paisible coupé du monde extérieur, une vie bien réglée, de l'exercice tous les jours, j'avais sans doute besoin de toutes ces choses. C'est bien de pouvoir écrire une lettre à quelqu'un. C'est vraiment épatant d'avoir envie de dire ce que l'on pense à quelqu'un, de s'asseoir à son bureau, de prendre la plume et de pouvoir écrire ainsi. Bien sûr, en écrivant, je n'arrive à exprimer qu'une partie de ce que je veux dire, mais cela ne me gêne pas. Pour l'instant, le seul fait d'avoir envie d'écrire quelque chose à quelqu'un me rend heureuse.

DSCN1454


C'est ainsi que je t'écris. Il est sept heures et demi du soir, j'ai déjà dîné, et je viens de sortir du bain. Tout est calme autour de moi, il fait noir dehors. Je ne vois aucune lumière. D'habitude, les étoiles sont magnifiques, mais aujourd'hui, elles sont invisibles à cause des nuages. Les gens d'ici connaissent bien les étoiles et me disent où se trouvent la Vierge ou le Sagittaire. Sans doute s'y sont-ils intéressés bien malgré eux, car, une fois la nuit tombée, il n'y a rien d'autre à faire par ici. Et pour la même raison, ils connaissent très bien les oiseaux, les fleurs et les insectes. Quand je parle avec eux, je comprends à quel point je suis ignorante, et c'est un sentiment très agréable.

DSCN1594

Extrait de La ballade de l'impossible d'Haruki Murakami
Je crois l'avoir déjà dit, mais c'est pour moi la plus belle et la plus intense de ses oeuvres. Quant aux photos, non moins intenses (^-^), elles ont été prises à Kyoto et à Arashiyama en octobre 2009.


DSCN1067n_gatif

Dewa mata !
xx