xx

L'histoire de la princesse Kaguya est un conte populaire japonais très célèbre. L'histoire porte le nom du coupeur de bambou. Il s'agit du conte japonais le plus ancien. On pense qu'il a été écrit à la fin du IXème siècle. Des générations de japonais se sont endormis pendant que leurs parents le leur racontaient au coucher.

DSCN0573 DSCN0575
DSCN0576 DSCN0583

DSCN0569Il était une fois un vieux couple qui habitait un petit village niché au coeur de la forêt japonaise. Le vieil homme cultivait du bambou et le taillait pour en faire de petits objets artisanaux qu'il vendait aux voyageurs. Le couple était assez pauvre, mais vivait heureux. Ils ne se plaignaient pas de leur vie. Ils avaient cependant un regret : ils n'avaient jamais pu avoir d'enfant. Ils savaient tous les deux qu'il était désormais trop tard. Mais chaque soir, ils continuaient de prier en espérant qu'un miracle se produise.
Celui-ci arriva, mais pas du tout de la façon dont ils l'avaient imaginé. Un jour, alors qu'il s'enfonçait dans la forêt, le vieil homme vit une pousse de bambou qui luisait d'un éclat étrange. En s'approchant, il s'aperçut que la pousse émettait une vive lumière dorée. Sans hésiter un seul instant, il trancha la pousse de bambou pour essayer d'éclaircir ce mystère. A sa grande stupéfaction, il découvrit à l'intérieur du tronc ... un bébé !
Il ramena le bébé chez lui et le montra à sa femme. Il s'agissait d'une adorable petite fille. Ils l'accueillirent dans leur modeste foyer comme un don du ciel, et la nommèrent Princesse Kaguya. De peur des questions qu'on pourrait leur poser, ils décidèrent de cacher son existence au reste des habitants, ce qui ne fût pas difficile, car leur maison était un peu à l'écart du reste du village. Mais le miracle ne s'arrêta pas là pour ce modeste foyer. Désormais, à chaque fois que le vieil homme coupait une pousse de bambou, il y trouvait une pépite d'or. Ils acquirent ainsi suffisamment d'argent pour se soigner, acheter de beaux vêtements à la princesse et finirent par devenir riches.

Le temps s'écoula, la maisonnée était heureuse. Le couple de vieillard ne se lassait pas de voir grandir leur petite fille. Celle-ci devint rapidement une enfant, puis une adolescente superbe, à la chevelure dorée. Celle-ci était en outre très intelligente et faisait la joie de ses parents. Sa présence fini cependant par être remarquée par quelques villageois et des gens de passage. Et bientôt de nombreux jeunes hommes vinrent présenter au grand-père des demandes de mariage. Parmi les prétendants se trouvaient des modestes artisans, des cultivateurs, mais aussi quelques fils de nobles et de riches marchands. Le couple ne voulait que le bonheur de leur fille et décida que c'était à elle de choisir son futur mari. Pourtant, elle refusait tous ceux qui se présentaient à elle. Elle refusait les riches cadeaux qu'on lui faisait. La princesse Kaguya déclarait qu'elle voulait rester avec ses parents, qu'elle voulait leur rendre toute la bonté dont ils avaient fait preuve avec elle. Elle disait aussi qu'elle devait attendre.
Mais le rythme des prétendants ne faiblissait pas. Cinq d'entre eux se montrèrent même particulièrement insistants. Pour se débarrasser d'eux, la princesse Kaguya leur promis d'épouser celui qui réussirait à ramener en premier un objet de grande valeur. Au premier, elle demanda qu'il lui rapporte le bol en pierre utilisé par Bouddha lorsqu'il mendiait. Au second, elle demanda une branche à joyaux du mont Horai, la demeure des immortels.

DSCN4417

Au troisième, elle demanda la robe légendaire du rat de feu de Chine. Au quatrième, elle demanda le joyau que porte au cou un dragon sauvage. Enfin, au cinquième, elle demanda le trésor de coquillage des hirondelles. Ces tâches étaient bien entendu impossibles. Et aucun d'entre eux ne réussit. Le premier tenta de duper la princesse Kaguya en lui ramenant un bol en pierre qu'il tenta de faire passer pour celui de Bouddha. Mais la pierre était terne et le prétendant fut renvoyé. Les deux suivants ramenèrent aussi de faux objets, et se virent congédiés. Le quatrième renonça lorsqu'il se trouva face-à-face avec le dragon. Le dernier enfin passa sa vie à chercher ce que pouvait être le trésor que lui demandait la princesse, sans jamais comprendre la signification de ses mots.
Ainsi, la réputation de la princesse Kaguya grandit encore, mais les prétendants se lassèrent et devenaient de plus en plus rares. L'empereur finit par entendre parler de cette étrange jeune femme, aussi belle qu'intelligente, mais qui refusait de se marier. Il se déplaça en personne et en tomba amoureux au premier coup d'oeil. L'empereur proposa à Kaguya de l'épouser et de devenir ainsi impératrice du Japon. Mais une fois encore, elle refusa, en déclarant qu'elle ne pouvait devenir impératrice d'un pays qui n'était pas le sien, sans plus d'explication.
Devenue une jeune femme à la fleur de l'âge, la princesse Kaguya continuait de faire le bonheur de ses parents. Mais les soirs de pleine lune, son visage se couvrait de mélancolie. Son expression était triste et heureuse à la fois. Elle se rendit alors au chevet du vieux couple et tenta de masquer le flot d'émotions qui la submergeait. Elle savait qu'ils s'inquiétaient pour elle. Ils ne comprenaient pas qu'elle refuse de se marier. Plusieurs fois, ils lui avaient dit qu'un jour, ils mourraient, et qu'elle devait fonder un foyer. Kaguya les rassura. Et elle leur expliqua son étrange conduite, ainsi que son histoire.

DSCN0513 

Kaguya était réellement une princesse. Mais pas une princesse terrienne. Elle était née sur la lune. Et c'est pour échapper à une guerre céleste qu'elle fut envoyée sur terre par le roi, son père. Il lui avait ordonné d'y vivre, de rendre les gens heureux, et de ne jamais révéler sa véritable identité. Mais depuis plusieurs mois maintenant, les soirs de pleine lune, il lui envoyait des messages. La guerre était terminée et il était temps pour elle de rentrer dans son royaume. Elle remercia une fois encore ses parents pour tout l'amour qu'ils lui avaient donné. Elle leur expliqua que c'était leur désir si intense d'avoir un enfant qui l'avait menée jusqu'à eux, et que leurs prières avaient été entendues jusque sur la lune.
La prochaine pleine lune arriva bientôt et, avec elle, un vaisseau céleste auréolé d'une intense lumière descendit du ciel. Ayant gardé des relations amicales avec l'empereur, elle lui avait aussi annoncé son départ prochain. Mais celui-ci avait refusé de la voir partir. Et il avait fait envoyer au village une patrouille de soldats. Mais à la vue de l'escorte céleste venue chercher Kaguya, ceux-ci restèrent subjugués et ne bougèrent pas. Des sentiments contradictoires se bousculaient dans l'esprit de la jeune princesse. Elle ne savait comment remercier toutes les personnes qui l'avaient accueillies sur terre. Elle laissa une lettre à destination de l'empereur à laquelle elle joint un élixir d'immortalité. Le garde qui prit le paquet lui remit en échange une splendide robe, faite de plumes. A ses parents, elle laissa aussi une lettre, et la robe qu'elle avait choisi d'emmener sur la lune. En enfilant la robe de plume, toute la tristesse qui la submergeait disparu. Elle monta alors dans la fusée lunaire et quitta la terre.

DSCN1121

Ses parents adoptifs ne se remirent jamais de son départ, et tombèrent bientôt malades. Mais lorsqu'ils rendirent leur dernier souffle, c'était avec l'expression d'une vie heureuse sur leur visage.
Le garde qui avait réceptionné la lettre et l'élixir de Kaguya le remit à l'empereur. Il raconta en détail toute la scène à laquelle il avait assisté. L'empereur lut la lettre de la princesse et fut bouleversé par les mots qu'elle avait employés. Il demanda à ses hommes de science quel était le mont le plus élevé du Japon, celui qui approchait au plus près du ciel. On lui répondit qu'il s'agissait du mont de la province de Suruga. L'empereur écrivit alors une lettre de réponse à la princesse Kaguya, et ordonna qu'on brûle cette lettre au sommet du mont. Il espérait ainsi que sa réponse parviendrait jusqu'à la princesse. Il ordonna aussi qu'on fasse brûler l'élixir en même temps, car il assura qu'il ne désirait vivre éternellement sans jamais la revoir.

48158672

Le mont en question ne portait pas de nom à l'époque, et on décida alors de le nommer le mont éternité, en souvenir de cet évènement. Oui, vous l'avez deviné, éternité en japonais se dit Fuji. A l'époque, le mont Fuji était encore un volcan actif, et la légende raconte que la fumée qui s'en échappait provenait du message de l'empereur qui ne cessait de se consumer.

Japon_2010_1_1658

Vue sur le Fuji-san depuis ma chambre : il devait être 5 h du matin ... (mai 2010)

xx