Cela faisait plus d'un mois que je l'avais commandé de peur de rater sa sortie - hier !

41tGlcdtkjL__SS500_

Je l'ai reçu aujourd'hui dans ma boîte aux lettres. J'ai eu juste le temps de le feuilleter pour voir que les dessins de Jirô Taniguchi illustrent à merveille le roman d'Hiromi Kawakami ; de plus, c'est toujours un délice d'ouvrir une oeuvre de Taniguchi.

Pour ceux qui connaissent déjà l'histoire, le premier tome s'arrête à la fête des cerisiers en fleurs.

Et pour les rares personnes s'intéressant à la littérature japonaise qui  ne connaissent pas encore le sujet, voici la note de l'éditeur :

"Dans le café où elle a ses habitudes, une trentenaire,Tsukiko, fait la connaissance d’un homme solitaire et élégant, de plus de trente ans son aîné. Elle réalise qu’elle le connaît : il fut autrefois son professeur de japonais. Elle est célibataire, il est veuf. Complices, ils prennent l’habitude de se revoir dans le même café, au hasard de leur emploi du temps, puis, bientôt, d’improviser des sorties ensemble. Insensiblement, à petites touches légères, une connivence s’établit, puis une véritable affection, et peut- être même … Ce sont ces rencontres que retracent une à une les chapitres des Années douces, chacune comme une histoire à part entière : la cueillette des champignons, les poussins achetés au marché, la fête des fleurs ou les vingt-deux étoiles d’une nuit d’automne. Un récit pudique et délicat, tissé de bonheurs fugaces et d’enchantements saisis au vol : Jirô Taniguchi au meilleur de son art."

Je lis très peu de BD, Jirô Taniguchi est l'exception qui confirme la règle.

M2019

Très influencé par le cinéma d'Ozu et la BD franco-belge, le mangaka japonais Jirô Taniguchi puise ses histoires dans le quotidien. Il excelle dans le ressenti et la transcription des petits moments et des détails qui, derrière leur apparente banalité, font le goût de l'existence. Il partage cette simplicité avec Yasujiro Ozu dont il parle dans une interview :

"C'est une influence directe. J'ai été marqué par Voyage à Tokyo et Printemps tardif.  Je les ai vus enfant, mais sans en apprécier toute la portée. Je m'y suis vraiment intéressé quand j'avais trente ans. J'aime l'universalité et l'intemporalité de ses histoires et la simplicité efficace avec laquelle il les raconte.  Aujourd'hui, j'y pense chaque fois que je dessine un manga."

C'est amusant car dans un message posté en décembre 2008 sur l'izakaya je faisais le lien entre le cinéma d'Ozu et l'ambiance des Années douces de Kawakami ...

rentree_annees_douces_image1

Je prends le temps de le lire, de le savourer, et c'est promis,  je vous en reparle. Tout comme du "Gourmet solitaire" d'ailleurs, car figurez-vous que j'ai retrouvé sa trace sur une terrasse d'Ikebukuro à Tokyo en mai dernier ...

Ah, j'oubliais, le deuxième tome devrait sortir le 26 janvier 2011. Je serai probablement en vacances dans mes quartiers lointains, mais je vais déjà m'empresser de le réserver ...

Articles en rapport avec "Les années douces" sur mon blog (clic sur les photos)

L'izakaya ... comme dans un film d'Ozu ...

33583116

Le jour des champignons hilarants ...

46747399

La fête des fleurs ... par procuration ...

51509667_p