xx

DSCN6186

Matsuda est un homme très pieux et très myope.
Il adore Amida, le Bouddha céleste. Il éprouve une respectueuse admiration pour la déesse Kwannon, très belle et très bonne. Mais c'est Jizô que Matsuda vénère le plus.
Jizô est l'ami des enfants. Il les console quand ils percent leurs dents, il les berce lorsqu'ils pleurent et que les parents sont absents. Il est le compagnon de jeux des enfants morts.
Voulant honorer Jizô, Matsuda en commande six exemplaires en pierre au marchand de statues Takezawa. Celui-ci promet de faire diligence et de surveiller lui-même la taille des sculptures. Elles seront livrées dans deux mois.
Lorsque le jour arrive, Matsuda se rend chez Takezawa et demande à voir les statues avant de les faire installer chez lui. Malheureusement, un retard de livraison imprévu fait que le marchand ne possède pas encore les objets. Ce dernier hésite à confier la vérité à Matsuda. Il demande à un ami et deux aides de son magasin de jouer le rôle des statues. Il les maquille, leur met des vêtements adéquats et leur demande de rester parfaitement immobiles le temps de la visite.
Il fait entrer le commanditaire dans une première pièce et lui présente trois des statues. Puis il conduit Matsuda vers une seconde pièce. Pendant ce temps, les trois compères se déplacent dans l'autre salle. La myopie dont souffre Matsuda fait que ce dernier ne voit pas le subterfuge. Néanmoins, il demande à juger de l'effet produit par les six Jizô réunis. Très ennuyé, le marchand explique qu'il n'a pas d'endroit assez vaste pour présenter les six statues ensemble mais qu'il se fera un plaisir de lui faire revisiter la première salle. A ces mots, les faux Jizô se dépêchent pour rejoindre le lieu de la première exposition.
Matsuda, entendant du bruit derrière lui, se retourne et voit les trois Jizô courir vers l'autre pièce. Il revient sur ses pas pour se trouver face à l'un d'entre eux. Ce n'est plus une statue mais un Jizô bien réel.
Matsuda comprend alors la supercherie du marchand qui a abusé de se myopie et de sa piété. Il est prêt à se mettre en colère mais pardonne tout de même à Takezawa car il se souvient de la parole de Bouddha :

"Si la haine répond à la haine, comment la haine finira-t-elle ?"

Les six Jizô - conte bouddhique populaire du Japon

DSCN6185

DSCN6174

DSCN6171

DSCN6181

DSCN6182

xx
xx
Photos et film faits au Zojoji à Tokyo (mai 2010)
xx