xx

issasumi

Cependant se dit Sarinagara en japonais.

Sarinagara, est un roman de Philippe Forest.

Sarinagara, ce mot est le dernier d'un des plus célèbres poèmes de la littérature japonaise.

"Oui, tout est néant - passage, vapeur, silence" - dit la poésie, mais Issa ajoute : "cependant"

Lorsqu'il l'écrit, Issa vient de perdre son unique enfant : oui, tout est néant, dit-il. Mais, mystérieusement, Issa ajoute à son poème ce dernier mot dont il laisse la signification suspendue dans le vide.

A Issa, la poésie sert à faire une marque un peu plus profonde dans le sillon d'encre que son pinceau laisse sur le papier. C'est tout. Issa est comme n'importe quel autre homme. Lorsque, à vingt-quatre ans, il signe le premier de ses poèmes, il ne peut rien prévoir du cheminement de ses jours : de l'allongement ou du rétrécissement de son pas, de l'incroyable et fastidieuse répétition des saisons qui l'attendent, de la sidérante trépidation immobile du chagrin, de la légèreté sans merci du plaisir, de la fatigue enfin. Il ignore tout de sa vie et même comment, au dix-neuvième jour de la onzième lune, en cette année 1827 d'un calendrier qui n'est pas le sien, retiré dans une remise épargnée par le feu, quelques mois avant le grand incendie dévastant son village natal de Kashiwabara, il trouvera la mort en fin d'après-midi.

DSCN0167

Toute l'oeuvre d'Issa n'est qu'un long attendrissement devant le monde et je conçois bien que cela ne suffise à le discréditer tout à fait. Issa est bien le dernier des poètes. Cela signifie qu'il est le plus tardif des maîtres mais aussi le plus humble, le plus douteux, le moins respectable.

DSCN2327

Tel qu'Issa l'observe, l'univers n'exprime que la grâce d'exister : le cheminement des fourmis sur le sol, le vol vain des papillons et des libellules, le chant gras des énormes cigales de sa terre, la compagnie aimante des créatures les plus vulnérables, l'épanouissement sexuel et sauvagement coloré des fleurs dans les champs lui sont des célébrations suffisantes.

"etre rien qu'en vie - à l'ombre des cerisiers - cela est miracle"

DSCN6834

Oui, il n'y a pas d'autre grâce que celle d'être né.

37069008

Tout cela - cette légèreté enfantine - n'exclut d'ailleurs pas la pensée ni l'extase mélancolique de la sensibilité face à l'inflexible loi du temps. La jouissance de la vie suppose toujours, chez Issa, la conscience de son infinie fragilité. Tout plaisir fait signe ainsi vers la conscience sombre de son nécessaire anéantissement et rappelle à l'homme qu'il doit se résoudre au destin commun qui emporte et qui annule. Il y a parfois dans les poèmes d'Issa un peu de cette sagesse vaine et convenue. Par exemple :

" à mourir un jour - oui tiens-toi prêt tiens-toi prêt - les fleurs le répètent"

DSCN0179

Mais la mort n'est jamais le dernier mot de la vie pour la vraie poésie. Et Issa écrit aussi :

"nous sommes au monde - et nous marchons sur l'enfer - regardant les fleurs"

Ce qui dit tout ou presque.

Extrait de Sarinagara
Roman de Philippe FOREST

37068403

Intégrale des haïku de printemps d'Issa publiés dans "Anthologie du poème court japonais" (Poésie/Gallimard)

37068891

Le printemps s'annonce
j'ai quarante-trois ans -
toujours là devant mon riz blanc

DSCN6767

Matin de printemps -
mon ombre aussi
déborde de vie

35903105

Jour de printemps -
une seule flaque
retient le couchant

DSCN0188

On vieillit -
même la longueur du jour
est source de larmes

35902380

L'âge de la lune ?
je dirais treize ans -
à peu près

DSCN2334

Jour de brume
les nymphes du ciel
auraient-elles le vague à l'âme ?

Picture_170

Dans les brumes de chaleur
quelques trous laissés
par le bâton allé au temple

DSCN0611

Pluie de printemps
au portail
le canard clopine

DSCN9783

D'une voix jaune
le rossignol
appelle ses parents

DSCN0187

De la narine du grand Bouddha
jaillit
une hirondelle

hirondelle

Hokusai - Hirondelle et pie sur fraisiers et bégonias

Soir d'hirondelles -
demain encore
je n'aurai rien à faire

Picture_185

Pour le mont Fuji
elles courent
les grenouilles aux culs alignés

04_004012

Hokusaï - Le Fuji bleu

Sans souci
elle contemple la montagne -
la grenouille

Picture_179

Autour de ma cabane
les grenouilles rabâchent -
tu vieillis tu vieillis

Picture_209

Soleil couchant -
la grenouille aussi
est en larmes

Picture_180

Papillon voltige
dans un monde
sans espoir

DSCN4266

Papillon qui bats des ailes
je suis comme toi -
poussière d'être !

DSCN3462

Couvert de papillons
l'arbre mort
est en fleurs

DSCN1803

Aux fleurs de pruniers
je parsème de sardines
la tombe de mon chat

DSCN7023

Sous les fleurs de cerisiers
grouille et fourmille
l'humanité

DSCN6780

A l'ombre des fleurs de cerisiers
il n'est plus
d'étrangers

cerisiers_en_fleurs___Gotenyama

Hiroshige - Cerisiers en fleurs - série les 100 vues célèbres d'Edo

Averse de pétales
je voudrais boire
l'eau des brumes lointaines

DSCN6805

Puisqu'il le faut
entraînons-nous à mourir
à l'ombre des fleurs

DSCN7032

Tous en ce monde
sur la crête d'un enfer
à contempler les fleurs !

DSCN0015

Un monde
qui souffre
sous un manteau de fleurs

cerisier_pleureur

Hokusaï - Bouvreuil et cerisier pleureur en fleurs

Prépare-toi à la mort
prépare-toi
bruissent les cerisiers en fleurs

couple_cerisier_en_fleurs

Suzuki - Couple sous un cerisier en fleurs

Sur la montagne
la lune éclaire aussi -
le voleur de fleurs

DSCN0079

Merci de votre visite !

xx