xx
xx
DSCN0101



En Chine, dès la dynastie Han (206 avant JC à 220 après) on cultive des arbres en pots - pen jing, littéralement pot et jolie vue - dans un but esthétique.
Ce n'est qu'au VIème siècle que des moines bouddhistes emportent au Japon le pen jing dans leurs bagages, soulignant sa haute valeur symboliques. Il devient bonsaï - plateau-plante en japonais - et connaît de nouveaux raffinements qui font de lui le produit d'un art majeur, le bonsaido, l'art des bonsaïs.






xx

DSCN0082
xx
xx
DSCN0089
xx
xx
DSCN0081
xx

La technique du bonsaido, qui consiste à faire pousser une plante dans peu de terre et à en brider encore la croissance en taillant et ligaturant branches et racines ainsi qu'en la transplantant à plusieurs reprises, est une véritable discipline, comme la calligraphie, l'ikebana ou la cérémonie du thé, et elle requiert conscience et maîtrise de soi.

xx
DSCN0085
xx
xx
DSCN0087
xx
xx
DSCN0086
xx

Ordinairement, la hauteur d'un bonsaï peut varier de cinq centimètres à un mètre, et il est cultivé dans un récipient, pot ou plat, dont la forme et la taille correspondent à ses dimensions et à sa ramure. La couleur même de ce récipient a son importance, pouvant donner à la plante un air plus ou moins ancien et plus ou moins vivace. La forme du bonsaï est très variable : le tronc peut être droit, penché, tordu, fourchu et la ramure peut s'étendre de manière plus ou moins asymétrique, en cascade, en chute d'eau, etc.

xx
DSCN0084
xx
xx

DSCN0090
xx
xx

DSCN0094 DSCN0100

xx

L'homme du vase est plus humain que celui des ciseaux ; en témoignent son souci de l'eau et du soleil, ses combats contre les parasites, son horreur du gel, son angoisse quand les bourgeons sont en retard.
Okakura Kakuzô

xx
DSCN0096 DSCN0105

Photos prises au jardin botanique de Kyoto
xx
DSCN9999

Parallèlement à la culture en pot, les jardiniers japonais ont aussi créé l'équivalent avec des arbres en pleine terre, des bonsaïs grandeur nature si l'on veut.
La connaissance de chaque plante et le respect de ses particularités dans la plus stricte observance sont essentiels à leur réussite ; c'est l'arbre qui pousse, fournit la matière, réagit, accepte ou refuse, s'épanouit ou souffre. Il s'agit bien d'un véritable dialogue où chacun donne du sien dans une relation qui se prolonge bien au-delà d'une vie humaine.
Mais les éléments, le vent notamment, redessinent les arbres sans l'intervention du jardinier.

xx

DSCN9998

La pierre attachée à une corde est un contrepoids traditionnel qui sert à infléchir la branche de pin pour en façonner la forme.

DSCN9997

Photos prises au Myoshin-ji à Kyoto

DSCN9996

xx

La mort du jardinier n'est rien qui lèse un arbre, mais si tu menaces l'arbre, alors meurt deux fois le jardinier.
Antoine de Saint Exupery

Merci de votre visite !

xx