xx
xx

DSCN8483
xx

La tour Mori, située dans le quartier de Roppongi, fait partie de l'immense complexe Roppongi Hills. Outre ses galeries commerciales, le luxueux Virgin Toho cinemas qui possède le plus grand écran du Japon, des restaurants, la Mori Tower est un des lieux les plus fréquentés, notamment pour son musée qui se situe au sommet de la tour (52° étage) et pour sa vue à 360° sur Tokyo.
xx

DSCN8476

xx

DSCN8485

xx

DSCN8480

xx

DSCN8484

xx

DSCN8481

xx

DSCN8482

xx

DSCN8500

xx
xx

La sculpture "Maman", la très freudienne araignée de Louise Bourgeois

xx
xx
DSCN8506

xx


DSCN8509

xx

DSCN8478

xx

DSCN8477

xx

DSCN8507

xx

DSCN8516

xx

DSCN8518

xx

DSCN8522

xx

DSCN8503

xx

DSCN8502
xx
xx

"De l'autre côté de la porte se trouvait l'endroit réservé aux bêtes, où elles passaient la nuit. Comme il y coulait un ruisseau, elles ne manquaient pas d'eau à boire. Au-delà du ruisseau s'étendait à perte de vue une épaisse forêt, jusqu'à l'horizon comme la mer.
Trois tours de guet avaient été édifiées sur la muraille à l'ouest. On pouvait y accéder par des échelles. Un toit tout simple protégeait de la pluie, et les fenêtres treillagées de fer permettaient de voir les animaux en contrebas.
- A part toi, personne ne vient regarder les bêtes, dit le gardien. Bah, c'est normal, tu viens à peine d'arriver, mais quand tu auras vécu quelques temps ici et que tu seras normalisé, tu ne t'intéresseras plus aux bêtes. Comme tous les autres. Sauf la première semaine du printemps, là c'est différent, hein.
Le gardien m'expliqua qu'à la première semaine du printemps les gens montaient aux tours de guet pour voir les bêtes se battre. A cette période-là seulement - précisément cette semaine-là - juste avant la mue et la mise à bas des femelles, les mâles devenaient d'une férocité inimaginable chez de si paisibles animaux et s'écharpaient mutuellement. Et de cette énorme quantité de sang répandue sur la terre naissait un nouvel ordre, une nouvelle vie.
Mais les bêtes d'automne, silencieusement blotties chacune dans son coin, laissaient luire leur long pelage doré dans le soleil couchant. Immobiles comme des statues clouées au sol, le cou tendu, elles attendaient que sombre dans l'océan vert des pommiers le dernier rayon de lumière. Le soleil ne tardait pas à se coucher et, quand leurs corps disparaissaient sous les ténèbres bleutées de la nuit, elles courbaient la tête et fermaient les yeux, laissant retomber à terre leur unique corne blanche.
Ainsi finissaient les journées dans la ville."

La fin des Temps
Haruki MURAKAMI
xx
xx

DSCN8501

xx

DSCN8504

xx

DSCN8505
xx
xx
Merci de votre visite !
xx
xx