xx

DSCN6765

DSCN6744

Transformé en jardin de plaisir en 1709 à partir de terres reprises aux shoguns, le jardin Hamarikyu-teien fut endommagé par l'un des plus grands incendies de la ville et tomba à l'abandon.
Récupéré par la maison impériale en 1869, il devint le jardin du palais d'Akasaka. On lui adjoignit un somptueux pavillon de type occidental.
Ce bâtiment a depuis laissé la place à d'élégants pavillons de thé, et malgré un horizon bouché par les grands immeubles, le Hanarikyu-teien est un agréable jardin paysager au bord de la Sumida et au coeur d'un quartier dont la couleur dominante est le gris. Tout comme le ciel, bien gris ce jour-là ...

DSCN6827

DSCN6757

DSCN6811

xx

"Quelques mots à présent sur les jardins japonais en général.
Quand on a pu se rendre compte - simplement en regardant faire, car outre le sentiment naturel, instinctif de la beauté, l'art exige des années d'étude et d'expérience - quand on a pu, dis-je, se rendre compte quelque peu de la manière dont les Japonais entendent l'arrangement des fleurs, on s'aperçoit que les idées européennes, en matière de décoration florale, n'aboutissent qu'à des conception de la plus extrême vulgarité. Et cette conviction, non point sous l'empire d'un enthousiasme hâtif, mais fondée par un long séjour à l'intérieur. Je puis comprendre, maintenant, la grâce indicible d'une branche de fleur solitaire, telle que, seul, sait la disposer un Japonais expert en cet art qui ne lui permet pas de la jeter au hasard en son vase, mais l'entraîne, une heure durant, quelquefois, à la disposer, redresser, ajuster en un effort de recherches élégantes et délicates.

xx

DSCN6804

xx

Voila pourquoi je ne puis plus songer à ce grossier assemblage de fleurs meurtries, par nous qualifié de bouquet, sans y voir un outrage au sens de la couleur, une odieuse et brutale négation du goût. C'est encore par de semblables raisons que, gagné par le charme des jardins japonais, je demeure confondu de ce que la richesse ignorante peut étaler en les nôtres, si coûteux, de créations incongrues en révolte contre la nature.
Et tout d'abord, un jardin japonais n'est pas, ainsi qu'en Europe, un parterre, un terrain destiné à la culture des plantes. On n'y voit rien, ou du moins fort rarement, de semblable à nos corbeilles fleuries. Il en est qui contiennent à peine quelques brins de verdure ; d'autres en sont totalement dépourvus, uniquement formés de pierres, de sable, de rochers.
Un jardin japonais, en général, est un paysage dont la réalisation ne dépend pas des dimensions, car il peut couvrir un ou plusieurs acres de terrain, comme aussi bien dix pieds carrés ; quelquefois, beaucoup moins encore ..."
Lafcadio Hearn
Japon Inconnu - Dans un jardin japonais

xx

DSCN6751

DSCN6759

DSCN6812

DSCN6852

DSCN6818

DSCN6816

DSCN6821

DSCN6822

DSCN6817

DSCN6768

DSCN6731

DSCN6767

DSCN6784

DSCN6837

DSCN6839

DSCN6779

DSCN6832

DSCN6781

DSCN6834

DSCN6801

DSCN6808

Quelques fervents aquarellistes retraités posent, dès le matin, leurs chevalets dans ce havre de paix, tentant de gommer de leurs toiles bucoliques les tours arrogantes du quartier de Shiodome ...

DSCN6802

DSCN6844

DSCN6797

DSCN6806

DSCN6810

DSCN6845

DSCN6807

xx

Merci de votre visite !!

xx