20081029 

31850065Voyage ...旅行...

au coeur d'un lotus rose ...ピンクのハスの中心部に...

xx XX 

En cliquant sur un lien de mon blog, j'ai trouvé cette traduction japonaise de mon message d'hier (voyage ...au coeur d'un lotus rose) ... c'était juste une introduction pour parler de la calligraphie japonaise et plus particulièrement du Shodô, la voie de l'écriture.

DSCN3810bis

Petit montage avec Photoshop ... un lotus qui fut rose avec insertion d'un texte en japonais ...

De même que l'écriture dont elle est le prolongement, la calligraphie japonaise a son origine en Chine et a été importée vers le VIème siècle avec les idéogrammes, appelés kanji au Japon.

DSCN4415

Dans une salle du Ryoan-ji

Tout comme en Chine, la calligraphie est au Japon synonyme de raffinement et civilisation. Le Japon en a fait une véritable voie d'accomplissement personnel et spirituel. Le Japon a également développé ses propres styles, notamment avec les kana, des caractères simplifiés, utilisés comme alphabet syllabaire, en complément des idéogrammes, car ils se sont avérés peu adaptés  à la langue japonaise.

DSCN1721

Kakemono (rouleau suspendu) dans un tokoma, peut être la transcription d'un poème, d'une citation ou d'un court récit ...

Picture_890b

Le Shodô est étroitement lié à la philosophie zen et aux disciplines afférentes, comme la cérémonie du thé, la peinture et l'ikebana. J'ai visité de nombreux temples bouddhistes zen dans lesquels il y avait des cours de calligraphie ... impossible d'y pénétrer sans y participer et encore moins de prendre des photos. J'ai tout de même réussi à photographier ce moine au Todai-ji à Nara.

DSCN3985

En calligraphie japonaise, le caractère est produit en un souffle, c'est à dire en quelques secondes, et sans retour possible. Tout le corps participe à cette canalisation d'énergie vers la pointe du pinceau. C'est le rythme de l'exécution qui confère son unité et sa beauté à la calligraphie et c'est ainsi qu'elle devient le reflet d'un personnalité, d'un état d'âme ...

DSCN4163

Affiche du musée de la calligraphie à Kyoto

Pour réaliser une calligraphie, il faut posséder les cinq objets suivants :

Le pinceau "fude" fabriqué avec des poils d'animaux, de différentes flexibilité et dureté pour pouvoir varier l'épaisseur du trait.

8058238_a16c6d3e55

L'encre "sumi" qui est obtenue en mélangeant de la suie générée par du bois, généralement du pin, avec de la colle d'origine animale. Ce mélange se présente sous la forme de bâtonnets solides, frottés avec de l'eau au moment de l'utilisation. Il existe bien sûr de l'encre liquide, mais les puristes préfèrent utiliser la méthode traditionnelle.

63713003

La pierre à encre "suzuri" fabriquée à partir d'ardoise. Elle sert à la fois de support pour la préparation de l'encre et de réservoir.

vignette_36Le papier "hansi" qui est utilisé en calligraphie est nettement plus fin que le papier courant, avec un côté absorbant, l'autre étant légèrement brillant.

Enfin, dernier élément important, le sceau, avec lequel le calligraphe signe son oeuvre, qui est utilisé avec une pâte rouge.

Un apprenti calligraphe commence typiquement par des rangées de traits, horizontaux, puis verticaux ... avant de passer, lorsque son maître estime que ses traits sont suffisamment expressifs, à quelques caractères simples.

DSCN3984

Le but n'est pas de recopier parfaitement un modèle ; au delà des techniques de base et de l'art graphique, la calligraphie peut s'exprimer aussi bien dans l'espace occupé, dans la position des caractères, dans l'énergie donnée à l'écriture ...

Picture_199

xx

DSCN4164

Le musée de la calligraphie de Kyoto, malheureusement fermé ce jour là ...

DSCN1470

De vieux carnets dans un musée de Takayama

xx