Le Japon d'Asiemutée

12-31-2014

2 0 1 5 🎈🎉🎈

 

 

 

Ici, nous sommes en 2015 depuis presque une heure 🎑 

Bonne année, que tous vos voeux soient comblés !

 

image

Posté par asiemutee à 18:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]


12-24-2014

💝💝💝

image

Posté par asiemutee à 06:18 - Commentaires [8] - Permalien [#]

12-03-2014

Migration ...

 

 

prévue dans quelques jours ...

C'était un projet de longue date : passer l'hiver à l'autre bout du monde dès que nous arrêterions nos activités professionnelles (j'ai du mal avec le mot retraite 😉). Alors nous y voila enfin !

Si vous vous souhaitez me suivre, je suis sur Instagram ; il suffit de faire un clic sur ce logo 

image

dans la colonne de droite.

Je ne pense pas continuer sur Canalblog ; je ne supprime pas le blog - j'y ai trop de beaux souvenirs - je referme juste délicatement la porte. Je reviendrai peut être un jour, au retour d'un énième voyage au Japon ... qui sait 🎎🎌🎎

See you soon 💝💝💝

 

image

Posté par asiemutee à 05:21 - Commentaires [8] - Permalien [#]

10-22-2014

Un lieu propice à la lecture ...

 

... la coulée verte de Nice, à deux pas de chez moi ;)

 

 

image

 

Lorsqu'il avait rencontré Sara la première foi,Tsukuru avait été curieusement séduit par son visage. Au sens habituel du terme, elle n'était pas belle. Ces pommettes saillantes lui donnaient un air plutôt obstiné, son nez était fin et légèrement pointu. Mais il y avait dans ce visage quelque chose de très vivant qui avait retenu son attention. Ses yeux étaient très étroits mais, lorsqu'elle cherchait à fixer quelque chose, ils s'ouvraient soudain largement. Et l'on découvrait alors ses pupilles noires pleines de curiosité, qui ne renfermaient aucune timidité.

Il y avait un endroit spécial sur le corps de Tsukuru, dont il n'avait en général pas conscience, une toute petite zone extrêmement sensible. Quelque part dans son dos. Une partie tendre et délicate, le plus souvent couverte, cachée, invisible de l'extérieur, que sa main n'arrivait pas à atteindre. Mais parfois, quand il s'y attendait le moins, cette petite zone se réveillait comme si quelqu'un exerçait dessus une pression du doigt. Et cela induisait chez lui une réaction interne. Une substance particulière était secrétée à l'intérieur de son corps, se mélangeait à son sang et se diffusait partout, jusque dans ses moindres extrémités. La stimulation qu'il ressentait alors était à la fois d'ordre physique et psychologique.

Lors de cette première rencontre, il avait eu la sensation qu'un doigt anonyme avait clairement appuyé sur l'interrupteur. Ce jour-là, ils avaient beaucoup parlé, mais il ne se souvenait pas de quoi. Il se rappelait seulement cette sensation saisissante dans son dos, cette stimulation mystérieuse qu'il ne pouvait nommer et qui l'affectait dans son corps et dans son âme. C'était comme si, alors qu'une partie de lui se relâchait, une autre se contractait. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Tsukuru Tazaki avait réfléchi des jours durant sur le sens possible de ce phénomène. Mais il n'avait jamais été très fort quand il s'agissait de se perdre dans des considérations abstraites, dépourvues de formes. Aussi envoya-t-il un mail à Sara pour l'inviter à dîner. Afin de s'assurer de la portée de cette sensation, de ce stimulus.

 

image

 

image

 

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

image

 

 

Extrait de L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage de Haruki Murakami

Photos à Nice, promenade du Paillon

 

 

10-05-2014

L'incolore Ttsukuru Tazaki ...

 

Je suis en retard dans mes lectures ; ce n'est pourtant pas le temps qui me manque, mais l'envie ... shame on me !!

Aujourd'hui, sur la plage avant qu'il ne pleuve, je découvrai les premiers feuillets du dernier roman d'Haruki Murakami "L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage". Je vous en livre un tout petit extrait, j'y reviendrai sans doute ;)

 

image

 

" Pourtant, le hasard avait voulu que Tsukuru Tazaki se distingue légèrement sur un point : son patronyme ne comportait pas de couleur. Les deux garçons s'appelaient Akamatsu - pin rouge -, Ômi - mer bleue -, et les deux filles, respectivement Shirane - racine blanche - et Kurono - champ noir. Mais le nom "Tazaki" n'avait strictement aucun rapport avec une couleur. D'emblée, Tsukuru avait éprouvé à cet égard une curieuse sensation de mise à l'inde. Bien entendu, que le nom d'une personne contienne une couleur ou non ne disait rien de son caractère. Tsukuru le savait bien. Néanmoins, il regrettait qu'il en soit ainsi pour lui. Et, à son propre étonnement, il en était plutôt blessé. D'autant que les autres, naturellement, s'étaient mis à s'appeler par leur couleur. Rouge. Bleu. Blanche. Noire. Lui seul demeurait simplement "Tsukuru". Combien de fois avait-il sérieusement pensé qu'il aurait été préférable que son patronyme ait eu une couleur ! Alors, tout aurait été parfait. "

 

Roman chez Belfond / Traduit du japonais pas Hélène Morita

Photo sur les galets de Cap-Martin aujourd'hui



Fin »